Place des écrans en CE2, partenariat avec le lycée

         Fanny, Inès et Coralie élèves de Terminale du Lycée Agricole ont contacté notre classe pour faire un projet dans le cadre d’une épreuve de leur examen du baccalauréat.
         Dans un premier temps, elles nous ont fait passer un questionnaire pour savoir si on utilisait des écrans  (téléphone portable, tablette, jeux vidéos, ordinateur et télévision) et à quelle fréquence. 
         A la lecture de ce questionnaire on a pu constater, avec surprise, que 11 élèves avaient un téléphone portable ; 5 élèves pensaient l’utiliser au moins 2 heures par jour ! 15 élèves utilisent un écran  tous les jours et 12 élèves, seulement le weekend. 

         Les trois lycéennes sont venues dans notre classe. La séance a commencé par trois petits jeux de rôles qui évoquaient des scènes certainement fréquentes de la vie quotidienne : un(e) adolescent(e) passant à table avec son téléphone portable dans les mains pendant un repas familial ; un jeune enfant qui doit expliquer à sa maman qu’il n’a pas fait son travail scolaire car il jouait avec son téléphone ; et enfin, 2 camarades qui devaient convaincre un troisième de laisser ses jeux vidéos pour venir jouer avec eux.

Dans ces 3  saynètes, on devait réfléchir aux arguments pour inciter le « jeune » à poser son téléphone.
Voici quelques propositions d’élèves :
«  faire trop d’écran risque de nuire au développement de son cerveau »
« jouer sur son téléphone le soir empêche de trouver le sommeil »
« la concentration devient plus difficile »
« certains films peuvent faire peur »
« quand on joue trop à un jeu, on y pense tout le temps, même en classe »
« celui ou celle qui reste beaucoup sur les écrans finit par s’isoler »

         Ensuite, Fanny, Inès et Coralie nous ont présenté un diaporama qui montrait les dangers d’un usage trop important des écrans : différence virtuel/réel pas toujours facile à faire, risque d’isolement, de harcèlement, de piratage de compte, incidence sur le travail et résultat scolaire, troubles visuels, maux de tête…
         Pendant les débats, on a pu se rendre compte que presque tous les enfants avaient bien conscience de ces dangers mais qu’il leur était difficile de réduire ce temps d’écran sans l’intervention de leurs parents. Beaucoup connaissent la signification des mesures de limite d’âge (-10 ans,- 12 ans…) mais tous ne la respectent pas.

         Les lycéennes ont bien insisté pour nous informer de la différence entre le virtuel et le réel. « A force de rester trop longtemps dans le virtuel, on peut finir par le confondre avec la vie réelle (danger des jeux de violence). »
« On ne sait pas toujours qui est vraiment la personne avec qui on échange et oui certains élèves communiquent déjà sur les réseaux sociaux !
La question de « comment maîtriser l’utilisation des écrans ? » a été posée.
Les enfants ont proposé de se limiter à 1 heure en mettant par exemple une alarme ou un réveil, de se forcer à sortir jouer dehors, de demander aux parents de mettre un contrôle parental, de prendre le temps pour faire des jeux de société en famille ou entre amis, d’éviter les écrans le soir  par exemple…

         Petit mot de la maîtresse
         Un grand merci à Fanny, Inès et Coralie pour le sérieux de ce travail et l’écoute qu’elles ont eu avec les élèves. Il était important que ce message et ces informations passent par des adolescentes ou jeunes adultes qui font partie de la même génération que les élèves de CE2.
         Merci à mes élèves de s’être exprimés et livrés avec autant de franchise, certain(e)s avaient beaucoup de choses à dire…
L’enseignante qui accompagnait les lycéennes a été surprise, comme moi, de la connaissance d’enfants si jeunes sur ce sujet et par l’utilisation si fréquente voire addictive des écrans.
         J’espère que ce débat se poursuivra en famille et si certains ont pris conscience de l’intérêt de réduire cette utilisation, une petite pierre aura été posée…Je reste optimiste car au retour de l’école ce lundi matin, 18 élèves sur les 25 présents ont reconnu avoir fait beaucoup moins d’écrans ce weekend et être sorti jouer dehors ou avoir joué aux jeux de société !